Les enjeux du marketing « mobile first »

Auteur:  

Quelles sont les problématiques concrètes auxquelles font face les annonceurs depuis que l’audience mobile a dépassé celle du desktop en 2016 ? Demande d’instantanéité, consommation vidéo et transactions mobiles étaient au cour du Mobile Marketing Forum qui se tenait ce jeudi 7 décembre à Paris.

Depuis octobre 2016, 51,3% de l’audience numérique globale est sur mobile selon la Mobile Marketing Association. Si la montée en puissance du canal n’est pas une surprise, elle complexifie les parcours des utilisateurs et pose de nombreuses questions aux marques qui font face à de nouvelles problématiques techniques , tant en matière de publicité digitale, d’e-commerce ou de retail. Des sujets au coeur du Mobile Marketing Forum, organisé ce jeudi 7 décembre par ladite association.

Quand Petit Bateau et le Club Med deviennent « mobiles first »

Suivant les usages de leurs clients, des marques comme Petit Bateau ou le Club Med donnent désormais la priorité aux mobiles. « 25% de notre chiffre d’affaires français vient du mobile« , explique Christel Hennion, la directrice marketing client et digital de l’enseigne textile, qui indique que 50% de son audience digitale vient du mobile, de quoi pousser la marque à refaire entièrement son site en responsive dans les prochains mois. Des usages qui se ressentent également en magasin: « une cliente sur deux entre dans nos magasins avec son téléphone en main, après avoir sélectionné en ligne les références qu’elle souhaite acheter. 40% de notre chiffre d’affaires digital vient des retraits en magasin. »

Du côté du Club Med, ce sont les investissements publicitaires qui sont désormais « mobiles first » selon Anne Broweays: « le poids du mobile est passé de 16 à 64% de nos achats médias numériques entre 2016 et 2017. » Le géant du séjour vacances se concentre notamment sur les formats vidéo: « nous avons arrêté d’essayer de faire entrer des ronds dans des carrés. Auparavant nous tournions nos publicités en 16/9e pour le cinéma et la télévision, puis nous essayions de les adapter aux formats mobiles. C’est désormais l’inverse. » L’entreprise investit notamment dans la réalité virtuelle: « Nous constatons une hausse du taux de conversion de 41% chez les gens exposés à ces formats« , indique la directrice générale marketing et digital, qui avoue piloter ses acquisitions média en se basant sur le coût par entrée dans